Pourquoi coder un virus ?

Notez cet article

Alors que j’étais étudiant, il y a de cela une vingtaine d’années, je côtoyais un célèbre chasseur de virus qui exerçait dans le monde de l’Amiga. Cette personne est d’ailleurs un de mes meilleurs amis et également lecteur du blog; j’en profite pour le saluer chaleureusement. Cette activité était assez artisanale: des gens envoyaient des exemplaires sur disquette qui étaient alors examinés puis intégrés dans l’antivirus.  A l’époque, il n’y avait que « peu » de virus, et même si le travail ne manquait pas, mon ami arrivait à absorber tant bien que mal cet activité qu’il faisait en dehors de ses études.

Aujourd’hui, ce ne serait évidemment plus possible, car nous avons affaire à des millions de virus, vers, chevaux de Troie, sans compter tous les Spywares, Adwares qui hantent l’Internet: heureusement nous disposons d'antivirus tout simplement téléchargeables, comme cloud pour venir contrer tous ces parasites- il faudrait forcément rassembler une équipe tant les proportions d’infection sont grandes. On peut véritablement parler d’épidémie, et ceci dure depuis déjà de nombreuses années sans que l’on puisse en voir la fin.

Connaissant ce milieu, je me suis penché sur les motivations qui peuvent pousser quelqu’un à écrire un virus. Vous verrez qu’elles offrent un large éventail de profils bien distincts les uns des autres. Elles sont aussi à la hauteur du nombre gigantesque de malwares que l’on recense chaque jour.

La première motivation est le défi intellectuel. En effet, ce n’est pas forcément donné à tout le monde de coder un virus, capable d’infecter des millions de machines. Pour avoir déjà désassembler quelques virus, il faut parfois une très bonne maitrise technique pour arriver à produire « quelque chose » de performant. Je vous laisse imaginer le défi que cela représente d’aller inspecter les entrailles de Windows et  pondre un code capable d’exploiter une faille LSASS. Maintenant, la chose est tout de même devenue plus aisée grâce  à l’utilisation de langages plus simple comme le Visual Basic. Mais le résultat ne sera pas forcément spectaculaire; c’est toujours en assembleur que l’on sera capable d’aller au plus loin dans le codage d’un virus. Le défi est finalement similaire au challenge que l’on peut se lancer dans un sport ou une activité extrême.

La deuxième motivation est la vengeance. Lorsque l’on a été brimé par son employeur, par exemple, il est tellement facile de déposer quelque part « une petite cochonnerie », bien cachée au sein du système d’information qui se déclenchera quelques semaines après notre licenciement départ. Ce genre de chose n’est pas à proprement parlé un virus, mais plutôt un cheval de Troie; le but n’étant pas de forcément se reproduire, mais juste de nuire à l’ennemi. Par exemple, on peut imaginer un programme qui, à chaque redémarrage du PC, va aller effacer aléatoirement un fichier stratégique, comme une DLL par exemple.

Notre troisième motivation est la reconnaissance. Si vous faites partie de ceux dont on se moque tout le temps, parce que vous transportez votre ventre dans une brouette, vous avez beaucoup de chances de rentrer dans cette catégorie. En mal de notoriété, vous cherchez le coup d’éclat, vous faire remarquer et créer un virus peut certainement vous aider dans votre quête. Le seul problème, c’est que vous allez devoir affronter un paradoxe que votre esprit n’arrivera pas à résoudre: vous voulez être connu, mais vous savez pertinemment que si vous déclarez sur un forum que vous êtes l’auteur du ver Sasser, vous avez beaucoup de chances d’avoir des problèmes avec la justice. Et pour votre gouverne, les sociétés n’embauchent pas les créateurs de virus, il s’agit d’une légende urbaine. De toutes les manières, il est clair que vous allez avoir des ennuis.

Notre quatrième motivation est sans doute la pire des choses, puisqu’il s’agit de terrorisme.Vous ne l’avez peut être pas remarqué, mais l’Internet grouille de cyber-activistes, cyber-anarchistes, cyber-extrême-machin, etc. A l’image du pyromane qui se délecte de la vue d’un feu de forêt, certains ne rêvent que de destruction. Et l’Internet a ceci de fabuleux, c’est qu’il est un formidable terrain de jeu pour les créateurs de virus destructeurs, capables de semer la destruction des systèmes d’exploitations ou des précieuses données. Et je profite de cette occasion pour vous dévoiler comment on a déjà tenté si ce n’est de détruire l’Internet, mais le ralentir fortement: en lançant un DDOS massif sur les principaux serveurs root.

Et je termine avec la dernière motivation: l’argent. Évidemment, avec les milliards qui transitent sur l’Internet, il est normal que les bandits de grands chemins se soient attaqués à ce nouveau territoire. De plus en plus de Botnets sont désormais utilisés pour des malversations financières. Les précédents exploits du Botnet Mariposa ne sont pas là pour me contredire.

2 commentaires sur “Pourquoi coder un virus ?

  1. Il est vrai que la recherche de reconnaissance est souvent un motif utilisé pour le hack et les virus.

    Ainsi par exemple dans le hack de site web, il arrive souvent que les hackers bloquent les sites afin d’afficher juste un texte qui les présentent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge