L’interview d’un cyber-dealer

Notez cet article

Voici l’interview d’un dealer de drogue qui nous parle de ses activités au travers de plusieurs sites du web sombre. Cet interview a été réalisé quelques temps avant que les sites Silk Road et Atlantis ne ferment leur portes. D’après un article paru sur Vice.

M: Comment en es-tu arrivé à vendre de la drogue en ligne et pourquoi t’es-tu inscrit sur Atlantis ?

S: Cela fait un moment que je connais l’existence de tout ce qui se passe sur le web sombre; toutefois je n’avais jamais eu de bonnes raisons de m’y rendre jusqu’au jour où j’en ai eu assez d’acheter de la drogue de mauvaise qualité dans la rue.

J’ai ainsi découvert Silk Road et j’ai été bluffé par la diversité et la qualité de la marchandise. Au début, j’étais inquiet de devoir envoyer de la drogue par voie postale. Mais après quelques deals, j’ai été amusé de voir toute l’ingéniosité et aussi toute la technologie utilisée par les gens pour passer en contrebande leur marchandise.

Pendant quelques temps, je n’ai utilisé que Silk Road. Par la suite, j’ai trouvé d’autres sites, comme Black Market Reloaded et Sheep Marketplace, mais les deux faisaient franchement pale figure par rapport à Silk Road. Puis Atlantis est arrivé avec une campagne marketing extrêmement agressive et aussi un nombre toujours plus important de DDOS sur son principal concurrent. Il a alors complètement explosé et est devenu le second site marchand du web sombre en l’espace de seulement quelques semaines.

J’ai donc décidé de l’utiliser car j’avais accès à de très bons produits que je me devais de partager au vue de la qualité toujours plus médiocre des drogues que l’on achète dans la rue. Dès lors j’ai décidé de rester sur Atlantis et aussi de continuer à vendre sur Silk Road. Je ne m’intéresse plus aux autres sites marchands.

M: Peux-tu nous parler de ce que tu fais dans la vie ? Qu’as-tu fais comme étude ? Est-ce que tu travailles à plein temps sur Atlantis ou fais-tu juste ceci à côté ?

S: Pour des raisons bien évidentes, je ne parlerais pas de mes études. J’ai récemment quitté mon travail et j’ai l’intention de continuer à vendre sur le web sombre pendant encore un certain temps. Je suis assez connu dans la communauté Silk Road sous d’autres noms depuis déjà pas mal de temps. Mes activités sur Atlantis ne représentent pas ma principale source de revenus mais juste un complément.

En fait, je me contente de redonner quelque chose à une communauté que j’apprécie particulièrement. Je gagne de l’argent, mais aujourd’hui cela ne représente pas encore grand chose. Je ne cherche pas forcément à ce que cette activité devienne ma principale source de revenus. Néanmoins, si cela devait arriver, alors cela ne me poserait pas de problème.

M: La justice de New York a récemment fait cité à comparaître quelques sociétés spécialisées dans le Bitcoin afin de mieux comprendre comment celui-ci fonctionne. En Allemagne, le ministre des finances tente de taxer les achats et les investissements en Bitcoin. Es-tu concerné par ce qui est en train d’arriver ?

S:Les récents événements autour des tentatives de régulation du Bitcoin ne m’ont pas réellement concerné, néanmoins ce n’est pas très encourageant. Personnellement, je ne vois pas comment les gouvernements vont faire pour mettre en place ce type de régulation.

De plus, il existe une multitude de clone du Bitcoin qui pourrait être utilisée si celui-ci venait à être réglementé ou au contraire déclaré hors-la-loi. Les gouvernements n’ont aucun réelle compréhension de cette technologie et ils s’en méfient comme pas deux à cause de leur grande capacité d’anonymat. Toutefois, je prévois que dans le futur, ils votent des lois de plus en plus restrictives à l’encontre des crypto-monnaies. Ceci dit, cette communauté ne manque pas d’ingéniosité et je n’ai aucun doute qu’ils trouveront toujours le moyen de contourner le préjudice.

M: Penses-tu que des sites marchands comme Atlantis sont réellement compris ? Que dirais-tu à ceux qui s’intéressent au web sombre ?

S: Le web sombre est ce que l’on fait de lui. On y trouve des escrocs, des armes et aussi des prostituées si l’on en cherche. Cependant, si vous vous en tenez à des fréquenter des sites de confiance, tels que Silk Road et Atlantis, alors vous ferez la rencontre de gens sympathiques et aussi généreux.

Le web sombre ne connaît pas de limite. Jusqu’à maintenant, il était relativement peu connu, une sorte d’endroit mystique fréquenté par une poignée de psychnonautes. Mais il fait désormais partie de la culture populaire. Ceci implique de bonnes mais aussi de mauvaises nouvelles. D’un côté, de plus en plus de développeurs vont s’y intéresser et le web sombre va donc se développer ce qui va le rendre encore plus intéressant.

Mais de l’autre, cela va attirer l’attention des médias et donc des gouvernements qui vont nécessaire s’y pencher. Il est difficile de savoir de quoi l’avenir sera fait. En tout cas, je peux te dire que le web sombre est pour moi une expérience extraordinaire. Je peux même affirmer m’y avoir fait de véritables amis.

Étant moi même un peu psychonaute, j’ai pu accéder à des types de drogue que je ne pouvais obtenir qu’en les synthétisant moi-même (Avec d’ailleurs beaucoup de difficultés, je dois bien l’avouer). J’ai pu obtenir également une foule d’informations concernant les pratiques de réduction des risques.

Bien que le web sombre puisse sembler difficile d’accès au début, je recommande vivement de s’y intéresser. Vous pouvez acheter en toute anonymat n’importe quel type de drogue existante sur cette planète sans même avoir à quitter le confort de votre maison et aussi sans avoir à discuter avec de dangereux trafiquants de drogue.

Pour ceux qui seraient un peu frileux de se rendre sur le web sombre, je ne peux que les encourager à faire le pas. Les sites marchands tels que Atlantis ou Silk Road vous permettent d’accéder à des produits abordables chimiquement très purs et en toute anonymat. Par exemple, le marché noir Irlandais est devenu très dangereux avec de plus en plus de gens qui meurent à cause de produits de très mauvaise qualité. Mais sur le web sombre, tous les produits sont annoncés correctement et une large majorité sont même testés en laboratoire. Et en plus, la plupart des vendeurs utilise des techniques de réduction du risque. Il faut voir cela plus comme une communauté que comme un business.

M: En l’espace de très peu de temps, tu t’es fait un nom sur Atlantis. Que comptes-tu faire ?

S: Je suis sur Atlantis depuis seulement un mois et je suis déjà classé 25ieme meilleur vendeur. Mes projets sont simples: augmenter mon stock ainsi que la variété de mes produits et continuer à proposer des prix bas et un service de grande qualité.

3 commentaires sur “L’interview d’un cyber-dealer

  1. Merci beaucoup pour l’article. Oui, d’après ce que je sache, ça rapporte beaucoup. Mais je me demande toujours comment ils ont fait pour livrer la marchandise sans être repérés? Car cela doit être considérée (cette vente en ligne) comme dangereuse et une mesure stricte doit être prise en compte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge