Pagasa est de retour

Notez cet article

Pagasa est de retour. Après quelques mois d’absence, je reviens avec un site entièrement revu à base de l’excellentissime WordPress.

Ces derniers temps, j’ai beaucoup réfléchi au devenir de ce site. A l’origine, j’avais acheté Pagasa uniquement pour avoir mes propres adresses emails. C’était en 2003. A la longue, j’ai fini par en faire un site sur Sendmail et sur ma grande passion du moment: Counter-Strike. C’est d’ailleurs à cause de ce glorieux passé que Pagasa est blacklisté par certaines listes qui le voient comme un site de jeu; dommage pour certains, ils loupent des informations les concernant :-)

Il y a de cela deux ans, j’ai tout transformé à la sauce blog, c’était dans l’ère du temps et étant moi même écrivain, l’idée m’intéressait. J’ai commencé à y installer quelques scripts que j’avais développé, et puis aussi quelques articles parfois un peu particulier. Je me suis bien amusé, mais ce qui était, à l’origine, qu’un développement PHP a fini par ne plus du tout être adapté. En fait, plus le temps passait et plus j’avais des choses à dire. Malheureusement pour moi, comme tout se faisait à la mano, cela devenait de plus en plus difficile de suivre une cadence régulière de publication.

Je m’explique: comme Pagasa n’était pas un logiciel de blog, type WordPress ou autre, alors pour chaque article que j’écrivais, j’utilisais vi, et codais ensuite l’article dans cette machine infernale qu’était Pagasa: il fallait que je crée le plan, les url, les meta, etc.
Le cauchemar a été encore plus intense quand j’ai commencé à y intégrer la gestion des commentaires. Il me fallait pratiquement plus d’une demi-heure pour mettre en place un article. Dommage car j’avais souvent envie d’écrire mais cette partie me rebutait à chaque fois.

J’ai commencé à travailler sur une hypothèse de script qui faisait tout en automatique, grâce à Perl et des templates, mais je me suis vite rendu compte que j’allais dans une mauvaise direction. D’autant plus que parallèlement, ma femme commençait à toucher à WordPress et elle blogguait à une cadence infernale, ce qui, bien entendu, m’a rendu jaloux.

En octobre, il y a eu le concours Racheumeuneu qui m’a apporté pas mal de trafic, et aussi chose que je ne connaissais pas trop, de l’interactivité avec la blogo francophone. Jusqu’à lors, je ne fréquentais pas trop, étant plus orienté sur la blogo US et leur gigantesques moyens. Mais bon, comme Pagasa est francophone (Ah bon), je me suis dit qu’il fallait peut-être faire quelque chose de ce coté là. C’était d’autant plus vrai que je me suis rendu compte que Pagasa n’était pas bien incorporé à cette blogo francaise.

D’abord, je dois dire que la gestion des commentaires était beaucoup trop rudimentaire, et celle des pingback inexistante, ce qui est somme toute dommage, surtout pour un blog, enfin pour un programme qui tente d’être un blog.

Pour pallier à ce manque, j’avais commencé à développer un petit machin en XML, mais je me suis vite rendu compte, lors du décorticage des sources de WordPress, que comme d’habitude, j’étais en train de réinventer l’eau chaude. J’ai donc pris la décision de tout migrer sur WordPress.

Cela n’a franchement pas été simple. Pourquoi ? Parce que je ne sais pas travailler simplement, il faut toujours que je complique tout; de toutes les manières, si ce n’est pas compliqué, moi, je n’y comprend rien. Demandez à tous mes techs, ils vous le diront :-)

Il y a eu plusieurs difficultés: tout d’abord, j’ai dû changer pratiquement toutes les URL, car évidement WordPress a sa propre façon de coder les siennes. J’en ai toutefois gardé quelques unes, trop stratégiques, en terme de trafic. Les autres, j’ai fait une bête redirection.

Oui, je sais, je garde toujours mon côté SEO, mais comme disait un australien avec qui je faisais du business, “I don’t like to break the Internet”.

Et puis, pour continuer avec le SEO, j’ai dû faire pas mal d’aménagements. L’avantage que j’avais avec l’ancienne monture de Pagasa, c’est que comme je codais tout, je pouvais faire un maximum d’optimisation. Avec WordPress, c’est assez différent; j’ai toutefois été agréablement surpris: je suis arrivé à 90% de mes objectifs grâce aux nombreux plugins existant. Il faudra encore que je patch un peu le code WordPress; ça, c’est plutôt une mauvaise nouvelle car je vais devoir tout refaire à chaque mise à jour critique. Oui, même sous Nunux, il y a des Linux Update à faire :-]

Autre grosse difficulté: intégrer tous mes scripts dans WordPress. Ce n’était pas forcément une partie de plaisir, mais finalement grâce à Perl, j’y suis arrivé après des heures et des heures de codage. Je ne sais pas ce que je ferai sans ce fabuleux langage, mais bon sang que cela a été long :-|

Importer les commentaires a aussi été très fastidieux :-[

Voili, voilà, c’est prêt maintenant après plusieurs semaines d’efforts.

Je dois dire que j’ai été agréablement surpris d’avoir quelques partisans réclamant mon retour et disant qu’ils apprécient l’humour noir de mon blog; j’en suis très touché et vous promet pas mal de bonnes choses; maintenant que je n’ai plus à devoir passer au travers du firewall de la boite pour écrire des articles via ssh/vi/bash et toute la clique, je devrais pouvoir plus facilement écrire sur des choses aussi passionnantes que le contenu de mon panier ménager au hard-discount du coin, ou comment générer sur son site web plus de 2000 visites à l’heure.

Un seul commentaire sur “Pagasa est de retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge