Je suis content de mon FAI et je le dis

Notez cet article

A mes camardes grévistes chroniques militant pour l’obtention de meilleurs fauteuils dans les locomotives, collègues syndicalistes exigeant un 16ème mois et les 28 heures par semaine, étudiants stagiaires en grève depuis maintenant deux ans et demie, je vous déclare une seule chose: Mon fournisseur d’accès à Internet se moque de moi.

Car cela fait maintenant plus de 4 ans que je suis client dans la même boutique, et je proclame solennellement que je ne suis pas suffisamment satisfait.

Mon précédent fournisseur, le très performant Easyconnect, aujourd’hui disparu, non pas pour des raisons financières, mais plus stratégiques était très bien, mais il était devenu beaucoup trop cher par rapport au marché. Je pense qu’il fallait y voir là un objectif non dissimulé de faire fuir leurs clients afin de pouvoir fermer boutique plus tranquillement. C’est pour cette raison que je suis désormais client dans une grande boutique qui a su garder des vraies valeurs, celles que l’on ne peut pas retrouver chez ceux qui ont fait le choix du libéralisme à outrance.

untitled-1


Certes, la connexion fonctionne bien et il y a bien eu quelques petits soucis, mais qui n’en n’a jamais eu ?

Bien évidemment, je devrai être en droit d’obtenir 100% de disponibilités, je paye après tout, c’est mon droit, et je rappelle à tous que je n’ai ni devoir, ni compte à rendre à personne ici: j’exige mes 100%, et non pas ce taux ridicule de 99,8% qui m’est honteusement proposé dans ces longues conditions générales de vente (Le contrat, quoi).

Mais il est pourtant clair que mes admonestations vont rester vaines, en dépit de mes efforts les plus sincères pour satisfaire des exigences tout de même fort légitimes.

J’ai même pensé un moment couper Pagasa et surtout le très utilisé test smtp pour obtenir gain de cause. Le but, c’est quand même de sensibiliser les gens à mon problème et surtout les défendre. Après tout, c’est pour vous, chers lecteurs, que je me bat contre cette injustice. Mais maintenant que l’on parle souci entre nous, cela me fait repenser à ces trois scandaleux problèmes que j’ai eu au cours de ces 4 années.

C’était un de ces étés pénibles, long et chaud pendant les derniers jours de mes 4 semaines de vacances du mois de Juin. J’avais encore 20 jours qui me restaient de l’année dernière, et je n’avais donc pas le choix, il fallait que je solde tout avant mon départ pour 5 semaines en aout au Samoa. A ce sujet, notre CE n’avait même pas eu les 50% de réductions habituelles, et cette année, avec le rush sur le Pacifique, nous n’avions obtenu que 35% ! Il fait chaud l’été à Lyon, j’ai rarement vu une année où nous ne tapions pas les 35° et plus, maudite région !

Et qui dit chaleur, dit bien entendu orage, et qui dit orage dit foudre, et qui dit foudre, dit foudre mais bien entendu chez moi, et pas chez mon vieil énergumène de voisin qui vote même pas UMPS, contrairement à moi. Il a rien compris ce type à la vie, comprend pas qu’on puisse exister avec de si mauvais préceptes idéologiques !

Mais pour en revenir à cette triste histoire, la foudre a eu finalement raison de mon modem ADSL. J’ai tout de suite appelé mon service client, et après 2 très longues minutes d’attente, j’ai eu un monsieur avec un accent de la Grrrrandheu Mottheu; franchement, je me demande bien où ils vont les chercher ces autochtones ? Ils pourraient tout de même les choisir un peu plus prés de chez nous ! Le monsieur a confirmé la destruction de mon modem en 30 secondes, et a préparé le dossier de remplacement en moins d’une minute. Il m’a quand fait perdre un peu de temps, ce vil serf: l’entretien a duré au moins 5 minutes, il était 18h45 et ma femme me pressait pour que je mette la table. J’ai quand même d’autres chats à fouetter, moi !

Le lendemain, j’aurai dû retravailler mais heureusement j’avais eu la présence d’esprit la veille de poser un de mes jours d’ancienneté, pas pour la circonstance mais plutôt pour pouvoir épuiser mon stock de 3 jours annuels, je me rend donc à une boutique pas loin de chez moi.
Notez bien que j’ai dû prendre la voiture du bureau: le bus ne circulait pas ce jour suite à une grève légitime pour protester contre les nouveaux horaires TCL ! Tant pis, je ferais une note de frais.

A la boutique, on m’a fait patienter: un Bobo devant moi se faisait rembourser intégralement son abonnement iPhone suite à de nombreuses coupures. J’ai pu enfin récupérer mon modem après 5 très longues minutes. Je rentre à la maison, je remets en route, et paramètre le modem. Ces ostrogoths avaient oublié de me redonner mon login et mot de passe, heureusement que j’avais conservé les infos dans un dossier, sinon j’aurais été dans la pénible obligation de rappeler le provincial. Je fais un test: ça marche.

Je regarde l’heure: 10h13, soit 18h37 d’interruption ! Je ferai opposition au prochain prélèvement !

raleur asterix


Ma deuxième issue était nettement plus subtile. Je dis issue par déformation professionnelle. Au bureau, nous travaillons avec beaucoup d’étrangers et nous sommes malencontreusement obligé de parler la langue de Freddy Mercury; c’est pour cette raison que je dis issue à la place de soucis, ca fait quand même plus professionnel. Donc, pour revenir à mon issue, il se fait que j’ai installé un dispositif de surveillance de ma ligne ADSL. Vous croyez que je peux accorder ma confiance à n’importe qui sur la base d’un seul contrat, moi ?

Et puis je me méfie, avec toutes ces histoires de Dadvsi, Hadopi 1, Hadopi 2, Loppsi 1 et Loppsi 2. Il parait que l’on surveille mes emails, et mes connexions pour voir si je ne télécharge pas le dernier film de Bakhtiar Khudojnazarov, cinéaste du Tadjikistan. Alors, c’est pour cette
raison que j’ai mis en place toute une machine infernale pour voir ce qui se passe sur ma ligne: ping, charge du modem, température du disque dur, vitesse de rotation des fans ventilateurs, pression de la pièce, degrés d’humidité, etc.

Un jour alors que j’étais en arrêt maladie suite à un aphte occasionné par l’excès de poivre contenu dans un potage Philippin que me prépare occasionnellement ma femme, je m’aperçois de la piètre qualité de ma ligne ADSL: je perdais 50% de mes paquets !

Excédé, j’ai tout de suite appelé mon service client pour leur expliquer ma façon de voir les choses. Après deux longues minutes d’attente, je leur explique que suite à l’envoi chronique de 5 paquets ICMP, j’obtiens un SLA de seulement 50% alors que mon uptime est garanti à 99,8% et que je ne suis pas content, et que normalement je devrai être à 100%, et que blabla, expert TCP/IP, blablabla, livre sur Sendmail, blablabla, Linux, blablabla, BGP, blablabla, @ »#?&??, blablabla, blablabla, blablabla.

Après 15 minutes de monologue pendant lequel j’ai dû dévoiler plus de 150% de mon pédigrée, je n’ai plus rien à dire, et le monsieur m’explique qu’il a bien pris note de mes doléances et qu’il va faire le nécessaire. Le soir même, tout était presque rentré dans l’ordre: mon SLA tournait à 99,9% au lieu des 100% que j’ai toujours exigé.

Raleur1

Mon dernier issue remonte à seulement quelques mois, durant le week-end du 15 aout. Je m’en souviens bien car Xav, lecteur assidu de Pagasa, était de passage à la maison avec sa femme. Bonnes valeurs que celles qui animent mon ami Xav: Belge, éducation catholique, amateur de Côte du Rhône, politiquement UMPS; un type bien, en définitif.

Donc suite au départ de Xav, j’étais en train de regarder Gulli sur mon 48 pouces acheté au CE quand j’entends le tonnerre suivi d’un gros Boum sur mon modem ADSL. J’y jette un œil: tout était éteint. Argh, je me suis encore pris la foudre, et je vais rater mon émission préférée ! J’appelle avec angoisse mon service client: nous étions le dimanche 16 aout 2009, et il était 19h00.

Curieusement, un monsieur me répond poliment en moins de deux minutes. Je lui explique que cela fait déjà deux fois que je me prends la foudre en 4 ans, que mon taux de disponibilité va encore s’effondrer, que j’ai déménagé de Lyon parce qu’à Lyon, il fait trop chaud l’été et que dans ma nouvelle contrée, la Dombes, il fait meilleur, quoique trop ventée, mais il y a toujours autant d’orages et la foudre qui, elle a aussi déménagé, continue de persécuter mon modem ADSL, que je suis dans une région infestée par des moustiques qui vous piquent les pieds en début de soirée, de préférence lorsque vous dégustez un Châteauneuf 1999 au bord de la piscine, que j’ai failli me prendre un de ces gros sangliers l’autre jour en revenant d’une réunion du CE, et que je veux pouvoir regarder Gulli dans les meilleurs délais, où sinon je leur fais un procès.

IMG_0845


Le monsieur poli me répond qu’il a bien noté mes revendications et que le nouveau modem ADSL sera prêt dès le lendemain, à partir de 8h30 dans n’importe quelle boutique de la région où je me présenterai. 8h30 ? Et pourquoi pas 6h30 tant qu’on y est ? Bien malgré moi, je reprend la voiture du CE le lendemain pour aller échanger la malheureuse box: les bus TCL ne circulaient pas en raison d’une grève pour le paiement des jours de grève.

Heureusement que j’avais quelques jours CE à prendre cette année; cette fois, je n’aurai pas à puiser dans mes 3 jours annuels d’arrêt maladie.

Cette fois-ci, je n’ai pas eu à faire la queue, et un autre monsieur poli m’a donné une box toute neuve, avec cette fois-ci un anti-foudre. Mais d’après un copain du CE, il parait que ça ne sert à rien, que la foudre passe quand même. Je reviens à la maison, je branche et re-paramètre; bien entendu, comme d’habitude, il manquait encore mon login et mon mot de passe. Les Lyonnais n’aiment vraiment pas les Chtis, bande de xénophobes ! En trois minutes, la box est re-paramétrée, et il n’est même pas 11 heures, en ce glorieux lundi 17 aout 2009.

Ainsi se termine cette longue série d’incidents, complètement indépendants de ma volonté. Vous avez la preuve que le service que je paye n’est pas entièrement à la hauteur de la qualité que tout Français normalement constitué est en droit d’attendre. Je tairais bien entendu le nom de ce fournisseur; sachez juste que son numéro de service client est le 3900, un numéro que j’utilise plusieurs fois par semaine pour exprimer mes griefs les plus légitimes.

Il faut maintenant que je vous laisse; il est 10h30 et je suis chez moi en train de préparer la réunion du CE, nous devons renégocier avec la
direction les modalités des absences irrégulières.

raleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge