Je vous envoie du trafic de M

Notez cet article

Alors ça y est, vous l’avez votre site ? Vous avez grassement payé l’agence web du coin, à coup de milliers d’euros et après des mois et des mois d’efforts, il est enfin en place. Cool, ça. Enfin, vous auriez pu le faire développer en Inde pour quelques centaines d’euros, et en une semaine, il était prêt. Enfin, c’est vous qui voyez. Bon, alors ce site, il est tout beau, flambant neuf, mais il lui manque quelque chose de vital: du trafic. Alors, vous vous renseignez à droite à gauche, vous l’inscrivez sur plein d’annuaires, vous vous payez une campagne au clic, et vous êtes même tentés par un chti coup de spam; mais au dernier moment, vous vous rappelez votre enfance judéo-chrétienne, maman et le lycée Notre Dame des Oiseaux et vous revenez à la raison.

Nous sommes maintenant un an plus tard: votre boite mail déborde de spams en provenance d’obscures annuaires, et votre trafic stagne à 75 visites par jour; mais après avoir examiné d’un peu plus près les stats, vous vous êtes rendu compte que vous êtes principalement la source de ce trafic, juste derrière le Google bot . Côté argent, vous êtes arrivé à générer une vente, en fait un gars qui croyait acheter un DVD de ucques alors que votre site est plutôt spécialisé dans les formations tricots en ligne et, bonne nouvelle, vous êtes à 12 dollars d’Adsense; courage, on va y arriver ! Malheureusement, cela commence à vous couter cher toute cette histoire: le dev, la maintenance, l’hébergement, et le nom de domaine en .info que vous payez 50 euros par an.

Découragé, vous avez envie de tout laisser tomber; mais au dernier moment, vous avez une idée de génie: vendre votre site. Au moins, vous n’aurez pas tout perdu dans l’histoire. Vous vous rendez donc sur un marché, et un type nommé dave_xor_1976 vous envoie un PM (private message) demandant les stats de votre site, ce que vous vous empressez de faire. La gars vous rigole au nez: le site n’a franchement pas assez de trafic. Vous êtes au bord de la dépression quand vous rencontrez sur un blog un type cool qui vous montre une tactique géniale.

Puisque le site n’a pas assez de trafic, et bien on va en fabriquer. Heu, là, je pige pas, fabriquer du trafic. Oui, m’sieur, mais du trafic de M, pas celui qui vous paye en cliquant sur vos pubs. Le but, c’est d’abord de gonfler artificiellement les stats pour ensuite récupérer du trafic légitime. Mais c’est bien légal ça ? On risque pas d’avoir des soucis avec l’URSSAF ? Je fais comment pour le déclarer ? Toi, tu voterais pas Sarko, par hasard ?

Allez, allez, dis-nous comment on fait, moi aussi, je veux conquire le monde avec mon site de tricots en ligne.

Ok, le coeur de cette infecte machination est la commande Wget, une bête petite commande en ligne qui vous permet d’aller chercher une URL. Cette commande est livrée en standard sous Nunux, mais elle existe aussi sous Fenêtre2000/XP/ViceTA.

Je vais tout simplement aller chercher des dizaines, des centaines des milliers de fois mon site cible avec ma commande Wget que j’aurai mis dans un bête script. Je peux même me payer le luxe de bricoler le référent, l’adresse de la page qui a conduit le client à la page courante, afin de faire croire à ma victime quiconque que son trafic vient d’une autre source.

La voilà, la voilà, la commande:

wget –referer=http://www. pagasa. net -O /dev/null -t 3 -T 20 -v -a log -U « Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 6.0; Windows NT 5.1 ) » www.site-de-tricot.com

J’explique:

  • –referer me dit que www.pagasa.net est le site référent
  • -O envoie toutes les sorties à la poubelle (/dev/null ou nul sous Windows)
  • -t 3 dit de faire trois tentatives lors d’un échec de la commande
  • -T 20 est le timeout exprimé en secondes
  • -v affiche un maximum d’informations (verbose)
  • -a log enregistre toutes les informations dans le fichier log
  • -U et le reste camoufle le bot en bête navigateur Windows. (Certains sites comme Google n’aime pas trop Wget qui trahit trop facilement sa présence)
  • www.site-de-tricot.com est ma cible

Bon, c’est bien joli, tout ça, j’ai crée une commande qui va chercher la page d’accueil de www.site-de-tricot.com en me faisant passer pour un lien de Pagasa. Il faut maintenant que le trafic vienne de plusieurs endroits à la fois. J’ai pour cela mes très grands amis les proxy, à ma disposition. Je récupère donc une adresse de proxy (qui marche ;-) et je positionne la variable qui indique à Wget qu’il doit utiliser un proxy:

export http_proxy= »http://192.168.0.1:3128″

Avec 192.168.0.1 comme adresse de proxy et 3128 son port. Je lui ajoute un petit délai via la commande sleep, c’est mieux pour ne pas se retrouver à cours de sockets et finalement lui colle mon wget du dessus. Voici toute la commande:

export http_proxy= »http://192.168.0.1:3128″ ; sleep 5; wget –referer=http://www. pagasa. net -O /dev/null -t 3 -T 20 -v -a log -U « Mozilla/4.0 (compatible; MSIE 6.0; Windows NT 5.1 ) » www.site-de-tricot.com

Je répète l’opération pour chacun des proxy que j’aurai trouvé. Si j’ai 1000 adresses, alors j’utilise l’outil le plus utilisé par les blackhaters: le génial Excel. Une fois que j’ai crée mes 1000 commandes, je les met toutes dans un script, par exemple trafic.sh que je rend exécutable: chmod 755 trafic.sh

Puis je le lance en tâche de fond et à intervalles réguliers, disons toutes les 30 secondes et ce 10 fois de suite:

./trafic.sh &

Ici, j’aurais donc généré 10 visites de 1000 visiteurs uniques. En réalité, ce sera moins car certains proxy planteront à coup sûr, mais dans l’ensemble, je suis certain de créer des milliers de visites en un temps assez court. Par contre, allez vous coucher car votre bande passante risque d’en prendre un coup :-O

Alors la finalité de tout cela, c’est quoi ? Et bien, je vous énumère toutes les possibilités:

  • Comme je l’ai déjà dit, aider notre pauvre malheureux et son site de tricot à gonfler ses stats pour qu’il puisse le vendre plus facilement sur un marché. Mais c’est de l’escroquerie pure ? Absolument, donc mef ! Quand vous achetez un site, ne vous fiez pas à n’importe qui.
  • Faire une farce à un de vos collègues en lui prévoyant pour jeudi une explosion de son trafic sur son site de rencontre pour chats.
  • Impressionner la petite mignonne des RH qui débute avec son blog en vous faisant passer pour un expert SEO qui va l’aider à avoir du trafic.
  • Faire des tests de montées en charge pour tuner votre serveur Apache.
  • Etre premier sur un top site. Le top site établit un classement des meilleurs sites en fonction des entrées et des sorties. En générant une entrée toutes les minutes, vous allez rapidement vous retrouvez en tête du classement et ainsi générer du véritable trafic.
  • Créer du trafic depuis Youtube. Il semble que beaucoup de personnes l’ignore mais les vidéos les plus regardées sur Youtube sont de véritables usines à trafic. Pourquoi, et bien vous n’avez qu’à visualiser cette petite vidéo que j’ai faite à Sydney pour vous en rendre compte. C’est tout simple: elles comportent une URL en intro et/ou en conclusion. Croyez-moi, si votre vidéo a été vue 90000 fois, vous avez beaucoup de chances d’avoir énormément de retombées dans votre trafic direct.
  • Etre en tête du meilleur référent. Certains sites (dont souvent ceux de ucques) récompensent leur partenaire qui leur envoie du trafic en leur renvoyant un backlink gratuit. Notez que bien souvent il s’agit de Google. Un petit exemple sur cette page.

Voilà, j’espère que vous avez compris. Le trafic de M a son utilité et s’il est bien utilisé, discrètement et régulièrement, il peut facilement vous générer du véritable trafic, source de profit. Mais chut, je ne vous ai rien dit et surtout n’oubliez pas : c’est mal !

Un seul commentaire sur “Je vous envoie du trafic de M

  1. ca me fait cogiter à pas mal de chose, dommage que ca exécute pas le JavaScript…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge