Référencement: est-ce que cela en vaut la peine

5 (100%) 2 votes

Cela fait maintenant quelques années que je fais du SEO en amateur et je commence à avoir quelques idées sur la question.

Lorsque l’on commence à travailler son référencement, on y consacre beaucoup d’énergie, de temps et de recherche. C’est pénible à la longue d’aller inscrire son site dans les annuaires et polluer son beau site de tricots avec tout plein de liens de retour. Aller commenter des blogs aussi finit par être fastidieux: qu’est-ce que je vais pouvoir bien dire pour ne pas paraitre trop spammeur idiot et pouvoir ainsi passer mon lien en nofollow dofollow ?
Certes parfois, cela va tout seul surtout lorsque le blog d’en face appartient à un copain.
Aller sur la foule de digg-like et y déposer son article est lassant aussi, etc, etc.

Et puis au delà du simple référencement, il faut aussi étudier. Les algorithmes changent quand même souvent et il faut du temps pour s’adapter et comprendre comment une page peut bien se positionner.
Il y a des bons moments, quand par exemple votre site se place en deuxième position d’un mot très concurrentiel, vous ramenant 2000 visites par jour et xxx euros d’Adsense par mois. C’est vrai que ca stimule jusqu’au jour ou patatra votre site est déclassé pour une raison que vous avez parfois du mal à comprendre.

En clair, au vue de tout le travail que cela demande, on est en droit de se demander si le jeu en vaut vraiment la chandelle. Je fais un petit parallèle avec une autre activité que j’ai et que je pratique depuis des années: la bourse.

J’ai fait beaucoup d’analyses techniques, consacré énormément de temps à étudier les indicateurs, créer des systèmes, tester, etc. Au bout du compte, j’ai quand même pas mal gagné, mais j’ai aussi bien perdu. En gros tout cela s’équilibre. Mais si c’est vrai au niveau argent, qu’en est-il au niveau de la satisfaction: bof finalement ! Et surtout du temps consacré: catastrophique ! Le ROI est lamentable au vue de l’énergie déployée. Et comme le temps c’est de l’argent, en définitif, j’ai perdu beaucoup d’argent.

Le référencement est un peu comme cela aussi. Je lis beaucoup les forums américains et le constat est toujours le même: à moins d’avoir un site institutionnalisé, il est difficile de garder sa place. La concurrence est toujours plus rude, plus nombreuse, les blackhatteurs passent devant vous l’espace d’un temps, vous repassez, vous êtes déclassé, vous mettez à jour votre site en changeant son optimisation, vous refaites des liens, etc, etc.

Et surtout la chose qui est la plus pénible, c’est que vous dépendez uniquement du bon vouloir d’un moteur de recherche, ce qui dans le business est très dangereux.

Sur un autre forum US que je lisais l’autre jour, un webmaster disait que le fait de perdre une place dans les SERPS pouvait lui faire perdre jusqu’à 100000€ par jour. C’est tragique ce que je pense mais je n’ai pas l’impression qu’un tel modèle est vivable à terme. Et puis Google n’est pas une finalité en soi.

Il y a 25 ans on disait « quand IBM passe, les autres trépassent ». Après, il y a eu des leaders comme Novell par exemple (Il y en a qui connaissent ?), puis Microsoft avec Windows puis Linux, Altavista, Yahoo, et finalement aujourd’hui Google. Si je regarde le passé, je constate qu’en terme de technologie de l’information, il n’y a rien d’immuable, que tout évolue très vite et qu’il y aura forcément « le jour d’après Google ».

Bien sûr, il faut continuer à peaufiner son site, à utiliser les tags, faire des liens et toutes les astuces qui font qu’une page est mieux perçue qu’une autre, mais je ne suis plus d’avis d’y perdre trop de temps. Et puis je ne vous apprends rien en vous disant que si un contenu est bon alors à la longue vous atteindrez le summum du paroxysme: le référencement naturel où les gens travaillent à votre place.

Je regardais tout à l’heure les statistiques de Pagasa et je me rends compte que les typed-in (accès directs) augmentent progressivement: ils représentent désormais un tiers du trafic quand les moteurs de recherche m’apportent la moitié. Je ne fais pas beaucoup de référencement sur ce blog, je me contente de mettre mes articles sur quelques digg-like comme Scoopeo. Mais ce que je constate c’est que le trafic de qualité vient généralement du trafic typed-in ainsi que celui des sites amis.

Un trafic de qualité, c’est du trafic récurrent généré par un habitué. En clair, quelqu’un qui vient spontanément sur le site parce qu’il y trouve un intérêt certain. Comme par exemple quand vous allez discrètement sur Redtube le soir pour y regarder une partie de jambons: vous établissez une relation de confiance avec le site, et vous êtes susceptibles de devenir client. C’est cela le trafic de qualité: une relation de confiance. Mais attention un tel trafic n’est pas obligatoirement synonyme de conversion, loin de là.

Un trafic moteur est un peu différent: quelqu’un cherche quelque chose, le trouve, consomme la ressource et peut par la suite se transformer en habitué. Le problème, c’est que souvent la ressource ne vous rapporte rien. Mais ce n’est pas trop grave puisque vous travaillez pour la gloire et non pas pour l’argent parce que grâce à moi, vous savez désormais qu’être vénal, c’est mal.

Alors faut-il stopper tout le référencement et se consacrer uniquement à la qualité du contenu ? Non, bien entendu il ne faut pas être extrême, le référencement a encore sa place mais il doit être ramené à sa juste valeur et le temps que l’on y consacre doit être optimisé. Par ailleurs, il y a d’autres moyens de se faire connaitre et qui ne sont certainement pas assez utilisés. Je vous cite mes quelques expériences que je me permet de classifier comme du « référencement passif ».

Tout d’abord l’échange de trafic. Je ne peux que vous conseiller de vous y mettre sur votre blog, c’est une excellente façon de générer du trafic et par la suite de tisser des liens avec vos partenaires.

Ensuite quelque chose de plus connue mais tout aussi intéressante : les signatures de forum. Sur la version anglaise de mon script de test smtp, je n’ai jamais fait aucune promotion et j’en suis maintenant à l’étape ultime du référencement naturel : les gens font des liens à ma place et le site monte doucement dans les SERPS. Il se fait que je traine souvent mes guêtres sur DP, et bien entendu ce site est dans ma signature. J’ai là une très bonne optimisation de mon référencement : je fais de la promotion tout en bavardant tranquillement: mon ROI est largement supérieur au temps que j’aurais pu y consacrer à faire des liens. Quand vous avez la flemme de créer des liens, je ne peux que vous encourager à discuter sur un forum.

Finalement le PPC (Adwords et co), c’est une excellente façon d’amener du trafic mais il y a deux problèmes : cela coute vite cher surtout sur une régie comme Adwords. Vous devez avoir obligatoirement un retour sur votre investissement si vous ne voulez pas aller gonfler le nombre gigantesque de gens qui perdent leur chaussettes dans la jungle du webmarketing.

Deuxio cela demande des connaissances et finalement il n’y a pas beaucoup de littérature à ce sujet, surtout en France. Mais pourquoi donc ? Et bien, c’est tout simple : le business du PPC est une véritable poule aux œufs d’or et ses acteurs se gardent bien de vous expliquer comment ils sont capables de générer des milliers d’euros par jour. Dans ce merveilleux monde, il n’est pas rare de voir des gens qui ont des ROI de 1 :100 : $1 investi entraine $100 de chiffre d’affaires !

En définitif, lorsque l’on n’est pas un professionnel du référencement, on se retrouve devant plusieurs choix : perdre de l’argent (référencement classique), ne pas en gagner tout de suite (référencement passif), ou en gagner beaucoup moyennant un risque (PPC). Faites vos jeux !

3 commentaires sur “Référencement: est-ce que cela en vaut la peine

  1. Salut Thibaut,

    c’est un coming out ?
    Après un tel bilan, on se pose la question suivante : c’est quoi la suite logique de tout ça ?

  2. Disons que c’est une réflexion sur le temps qui passe et sur la façon de mieux l’utiliser.
    J’ai tout de même l’impression que tu aimerais que je développe plus particulièrement un aspect de cet article, n’est-ce pas ?

  3. Salut,

    oui en effet j’aimerais bien, et puis j’aime beaucoup les happy ends.

    Et puis, pour tout dire, je me situe d’un point de vue personnel dans la catégorie référencement passif.

    La gratification suprême serait d’arriver à mes fins avec mon petit site perso:

    1- j’aurais vendu mon appart

    2- je l’aurais vendu par ce biais et moi je personnellement

    3- je l’aurais vendu sans débourser quoique ce soit

    4- ce serait un pied de nez aux agences =)

    Au final un ROI idéale !

    A te lire

    Christophe

    PS : et ton post du 12/03, ça a donné quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge