Tactique pour indexer des liens

Notez cet article

Pour faire suite à la technique de la petite bête, je vous livre ici une autre méthode clé en main et dont le but est toujours une meilleure indexation de vos liens.

Initialement pour indexer mes liens, j’utilisais une méthode toute simple: sur plusieurs de mes blogs, j’avais un script PHP qui centralisait tous mes liens et en affichait quelques uns en effectuant une simple rotation. Les liens n’étaient pas visibles pour l’utilisateur mais simplement pour les moteurs; du bête cloaking en définitive. Cette méthode s’est avérée particulièrement efficace, grâce notamment à la magnifique structure inter-liens de WordPress, mais je n’ai pas continué dans cette direction, car je n’aime pas mélanger les genres: un blog WH quelconque n’est pas destiné à indexer des liens, il est là pour faire de l’argent ou distraire mes lecteurs. Et puis à la longue, il m’est venu l’idée que la problématique de l’indexation des liens est quelque chose qui doit être complétement mis à part et géré comme un véritable projet doté d’une véritable pérennité.

Je me suis donc attelé à la construction d’une nouvelle machine infernale, avec les objectifs suivants:

– Qu’elle soit dans son coin, qu’elle bosse toute seule et ce ad vitam eternam.
– Qu’elle soit rentabilisée et qu’elle ne me demande aucun effort intense.

L’architecture de cette machine s’articule autour de plusieurs modules distincts: le script Ant, le script Mxrss et WordPress MU doté de plugins particuliers.

Tout d’abord, la première chose qu’il faut savoir est que j’ai mon propre serveur Ant, car c’est un outil fondamental dans toutes mes stratégies. Ce site est invisible aux yeux de tous, et doit le rester. En clair, il n’est jamais exposé et aucun lien n’est jamais construit vers ce site. Pour le préserver, j’utilise plusieurs artifices: cloaking, bannissement, faux messages d’erreur et surtout Mxrss. Ce script a été placé sur des pages perso, gratuites ou autres et sous le couvert d’innocentes pages appelle tranquillement mon serveur Ant qui reste donc invisible et fait tranquillement son travail en tache de fond. Je profite de cette occasion pour vous rappeler de mettre souvent à jour Ant, car en fonction des fils RSS, certains imprévus surviennent souvent. C’est par son utilisation intensive que j’ai pu constater plusieurs problèmes liés au décodage RSS, particulièrement sensible.

L’exploitation du serveur Ant est automatisé à l’extrême: je suis capable de déployer tout un package en à peine quelques secondes grâce à une succession de scripts Shell et Perl.

La deuxième pièce maitresse de l’arsenal est un WordPress MU, qui permet la création quasi-illimitée de blogs. Je préfère utiliser ce genre de CMS plutôt que de multiplier les domaines, sources trop importantes de travail, et bien entendu de frais. WordPress a aussi l’avantage d’avoir une structure qui s’indexe très bien et aussi un nombre incroyable de plugins qui vous facilitent grandement la vie.

Avant tout, il faut savoir que même si la machine infernale est avant tout un outil, il ne me parait pas superflu de tenter de la rentabiliser. Un nom de domaine coute, un hébergement coute, de l’exploitation coute, du développement coute, etc. Vous avez certainement déjà une idée du prix d’un nom de domaine, donc je ne m’y attarde pas. Pour l’hébergement, il vous suffit de diviser le cout mensuel par le nombre de sites Web.
Par exemple, je paye $14 mensuel pour un hébergement illimité chez Hostagator sur lequel j’ai déposé 10 sites. Mon cout par site est donc de 14/10 = $1,4 par mois. Pour l’exploitation, il suffit de prendre votre salaire mensuel et de le diviser par le nombre d’heures par mois que vous travaillez pour obtenir votre cout horaire.

C’est donc avec ce double objectif que je développe ma machine infernale: indexer mes liens et avoir un minimum de revenus pour couvrir les frais engagés, sinon cela s’appelle perdre de l’argent, et c’est fort dommage, même pour un Français.

Dans mon cas, j’ai basé mes blogs sur une thématique proche du produit que je cherche à promouvoir, je n’utilise aucune bannière, aucune régie PPC (surtout pas d’Adsense !) et m’appuie uniquement sur le plugin TrafX qui permet de bien « véhiculer » mes visiteurs vers la page de vente et surtout de voir le taux de clic (CTR).

Pour le contenu, c’est tout simple, je me contente de créer un autoblog video, à base de Youtube, Dailymotion, Break, etc. J’utilise au choix deux plugins: wp-o-matic ou Phpmyvideoblog, avec une préférence pour ce dernier. Je préfère les vidéos aux contenus qui sont toujours dupliqués et peuvent vous amener des ennuis.

Après, j’optimise au mieux le WordPress avec les dispositifs habituels: structure du permalien, articles récents, archives, tags, calendrier, etc. De sorte de faire un maximum de liens internes.

Finalement, j’intègre dans un widget le fil RSS construit par Mxrss et qui contient les liens en provenance du serveur Ant (qui reste invisible). Par défaut, WordPress contient un lecteur RSS intégré mais il n’est franchement pas génial. De cette manière, mes liens sont déposés sur les nombreuses pages crées par WordPress et se retrouvent rapidement indexés.

Grâce à WordPress MU, je construis autant de blogs que je le souhaite, avec à chaque fois les mêmes artifices: le plugin vidéo, le plugin TrafX, et les liens RSS dans les widgets. Cela ne demande que quelques minutes, cela finit par rapporter un peu d’argent et surtout cela indexe mes liens.

Je conclue cet article en vous souhaitant de bonnes fêtes de fin d’année et en vous prodiguant les conseils suivants:

– Mangez très gras, très sucré, très salé, ajoutez du poivre ou du Ras el hanout.
– Adhérez au CAG (Club des Amis du Gras), fondé par mon propre frère Sylvain, et dont je suis membre d’honneur.
– Ne mangez pas 5 fruits et légumes par jour.
– Blacklistez définitivement mangerbouger.fr et autres pénibles aseptisants vantant la culture brocolis-vitel.
– Buvez 4 verres de ce cadeau divin qu’est le Chateauneuf du Pape, de sorte que la cousine Hildegarde vous oblige à rester dormir chez elle, à proximité du lit de camp de Gwendoline, sa collègue à l’abyssal décolleté.

« Mieux vaut crever dans le champagne que mourir dans la tisane. »

4 commentaires sur “Tactique pour indexer des liens

  1. Bonjour Thibaut,

    J’ai un problème de compréhension de ton article, très complet au demeurant.
    Script Ant => OK il agrège des liens sous forme d’un flux RSS.
    Mxrss => OK il fusionne des flux RSS dans un seul.
    Plusieurs blogs WordPress sur un hébergement avec chacun leur nom de domaine => OK.
    Remplir les blogs avec des vidéos de manière quasi-automatisée => OK.
    Par contre, je n’ai pas la vision d’ensemble, l’enchainement entre tout ça : dans les blogs tu affiche les liens des autres blogs ? Tu affiche les liens d’ant qui sont des liens provenant d’autre chose dont tu veux améliorer le référencement ?
    Merci de tes lumières :-)

    Marilou

  2. @marilou75: la principale difficulté dans le référencement n’est pas la création des liens mais bien leur indexation, chose qui est la plupart du temps délaissée. Ce qui est dommage car sans indexation, le lien n’est d’aucune utilité.

    Je crée donc un dispositif particulier en vue d’indexer ces liens. Je ne cherche pas à améliorer le référencement sur une requête particulière, mais bien que les moteurs de recherche puissent prendre connaissance des liens que je construis. Le script Ant se contente donc d’afficher ces liens au moyen du widget RSS de WordPress.

  3. Merci pour cette réponse.
    Toutefois il reste un petit doute dans ma tête. Dans la théorie les liens servent à pointer vers un site B depuis un site A (le lien est physiquement sur le site A et pointe sur une page du site B).
    Si je comprend tu veux faire référencer le site B ?
    Du coup tu créé une multitude de liens pointant vers ce site B via tes blogs ? Et c’est le rajout des liens vers B que tu créé automatiquement dans tous tes blogs ?

    Marilou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge